Les talents de la tech sont sous-payés en France

Les Français seraient sous-payés dans la tech par rapport à leurs homologues ailleurs dans le monde. D’après une récente étude de la plateforme de recrutement Hired, la différence à poste égal atteint 60% entre Paris (France) et San Francisco en Californie (Etats-Unis).

Les salaires dans la tech sont en plein essor… Enfin, ça dépend où ! L’étude annuelle de rémunération dans l’IT publiée par Hired révèle des différences importantes entre les pays. Un professionnel de la tech touchait en moyenne 135 000 dollars bruts en 2017. Ce revenu chute à 56 000 dollars bruts annuels pour celui qui exerce à Paris !

60% de plus à San Francisco

Travaille à San Francisco en Californie (Etats-Unis) signifie graviter dans la sphère des entreprises comme Tesla, Google ou Facebook. Dans la Silicon Valley, un pro de la tech peut toucher 142 000 dollars bruts annuels. C’est 60% de plus qu’à Paris, avec 86 000 dollars bruts annuels ! Ajuster les données avec le coût de la vie accentue encore l’écart.

Un développeur installé en Californie gagnerait ainsi +67% de plus qu’à Paris. « Les talents français des métiers technologiques, qui sont pourtant reconnus comme ayant une formation universitaire et un savoir-faire de qualité, sont sous-payés par rapport à leurs homologues » explique à Programmez Antoine Garnier-Castellane, directeur du bureau français de Hired.

Talent Tech

3,9% de salaire en moins sur 1 an

Développeurs, designers, product managers et data scientists… Tous ces profils ne sont pas seulement moins payés qu’à l’étranger. Leur salaire a reculé de 3 000 dollars bruts nets entre 2016 et 2017, soit une baisse de -3,9%. Dans les 13 villes sondées pour l’étude, seule Boston (Massachusetts) a connu un recul des salaires (1 000 dollars bruts en moins en 1 an).

baromètre salaire IT

La demande pour les managers d’équipe enregistre cependant la plus forte croissance (+113%) entre 2016 et 2017. Les développeurs frontend, backend et fullstack sont aussi de plus en plus demandés (+26%). L’occasion de demander plus, surtout pour les plus jeunes candidats (20-34 ans) qui ont tendance à sous-évaluer(-8%) leur salaire par rapport au marché.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s