Israël : peut-on former un développeur en 3 mois ? Oui !

Le Developer institute de Tel Aviv (Israël) propose aux développeurs une formation intensive de 3 mois. Le candidat se concentre sur la maîtrise d’un seul langage, pour devenir tout de suite opérationnel en entreprise. Ces « boot camps code » se développent aussi en France. 

Le marché de l’emploi IT souffre d’une pénurie de développeurs. Pour remédier au problème, le Developer institute de Tel Aviv (Israël) forme un professionnel en 3 mois. Cette instruction à marche forcée s’inspire des boot camps militaires américains. Les candidats se concentrent sur un seul langage de programmation, qui correspond à un besoin d’entreprise.

6 000 euros de frais de scolarité

Du code, du code et encore du code. « Aujourd’hui, quand on veut devenir développeur, il faut trois, quatre ans d’étude et après faire un stage, c’est long. (…) Je me suis dit : renversons la chaîne » explique Avner Maman à L’Usine Digitale. En 2017, cet entrepreneur et professeur de code franco-israélien a créé le Developper institute avec Jeremie Berrebi.

L’école a débuté avec « une première formation mobile iOS ». Une formation spécialisée web devrait bientôt s’achever. Trois autres auront lieu d’ici avril 2018. Chaque candidat a payé sa place 6 000 euros. Ils ont tous rempli un questionnaire, passé un test logique et enfin un entretien. Les classes ne comptent pas plus de 15 participants par session.

développeur

La mode du « boot camp code »

La formation n’est pas réservée qu’aux professionnels, mais l’immersion totale reste de rigueur. Il faut « baigner dans l’expertise matin, midi et soir pour en ressentir les effets. Avec aussi des exercices après les cours » insiste Avner Maman. Ce rythme soutenu « permet au candidat de franchir des paliers très rapidement » souligne cet ancien d’Ubisoft.

La pédagogie « boot camp code » fait des émules. En France, la 3W Academy à Paris propose aussi 3 mois de formation au code. Les étudiants consacrent seulement 10% de leur temps à la théorie. Même son de cloche chez son voisin parisien The Hacking Project, qui s’appuie sur le peer learning. Les apprentis développeurs n’ont que l’embarras du choix !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s